4.48 PSYCHOSIS. Rencontre avec HÉLÈNE VIVIES

On l’avait repérée dans Femme de Chambre la première mise en scène de Sarah Capony (Cf : http://www.le-coryphee.com/chambre-a-rome/) dans laquelle elle jouait le rôle d’une prostituée. Depuis, Hélène Viviès n’a pas chômé: enchaînant les rôles sous la direction de François Rancillac (La Place Royale de Corneille), de Pauline Sales (J’ai bien fait ?) ou de Christian Benedetti (La Cerisaie de Tchekhov), la comédienne issue de l’ENSATT impose son talent et sa sensibilité sur la scène théâtrale subventionnée.
En ce début d’année, on la retrouve dans un texte de Sarah Kane 4.48 Psychosis, que monte Christian Benedetti au Théâtre–Studio d’Alfortville. Quasi immobile tout au long du spectacle, dans une scénographie épurée presque aride, Hélène Vivies, avec une précision remarquable et une maestria peu commune, donne à entendre une voix sortie d’outre-tombe, celle de l’auteure anglaise, décédée à l’âge de vingt-huit ans et entrée à jamais dans le Panthéon du théâtre mondial. Désespéré parce que trop lucide, le regard que Sarah Kane porte sur le monde est avant tout le regard qu’elle porte sur elle-même : un monde violent et terrassé dans lequel la seule chose à chercher et à trouver, capable de nous rendre à notre humanité, est l’amour. Hélène Viviès, tout en subtilité, entre violence et douceur, humour et inflexibilité, parvient ici à nous faire sentir le paradoxe d’une parole morbide se révélant, au bout du compte, un long cri de vie, une demande inextinguible d’amour.
Rencontre avec une comédienne passionnée et passionnante.

Continuer la lecture de 4.48 PSYCHOSIS. Rencontre avec HÉLÈNE VIVIES

Partager :

FacebookTwitterTumblr


UNE CHAMBRE EN INDE

Le Théâtre et ses doubles…

Se rendre au Théâtre du Soleil c’est comme se préparer à une sorte de rituel ; il y a une excitation particulière, le cœur bat intensément, le sourire vous monte aux lèvres car on sait qu’un nouveau voyage nous attend et on espère être conquis par le travail de la troupe la plus mythique de l’histoire du théâtre… Continuer la lecture de UNE CHAMBRE EN INDE

Partager :

FacebookTwitterTumblr


UNE CHAMBRE À ROME

Nous nous sommes tant aimés.

Il est des spectacles qu’on aurait aimé avoir écrit, qu’on aurait voulu mettre en scène, qu’on souhaiterait jouer. Une chambre à Rome est de ceux là. Il donne envie. Pour son second projet, Sarah Capony signe un texte et une mise en scène tout en délicatesse, passant au crible des vies ordinaires ; celles de petites gens qui, malgré les blessures et les pierres qui les font trébucher sur leur chemin, continuent à avancer la tête haute. Six personnages hauts en couleurs qui se croisent, se rencontrent, se ratent. Six personnages incarnés par une troupe de comédiens formidables et profondément humains.
Continuer la lecture de UNE CHAMBRE À ROME

Partager :

FacebookTwitterTumblr


MOEDER (MÈRE)

La muséo-chorégraphie démente de Peeping Tom

Si vous ne connaissez pas encore la compagnie Peeping Tom, qu’on pourrait ranger dans la  catégorie de la danse-théâtre, si tenté qu’il fallait la ranger quelque part, alors vous passez à côté d’une troupe-phénomène et phénoménale ! Créée à l’aube de l’an 2000 par Gabriela Carrizo et Franck Chartier, Peeping Tom est devenue assez vite une référence dans le monde chorégraphique par la singularité de ses danseurs-performeurs et celle de l’univers étrange et instable dans lequel elle aime immerger ses spectateurs. Se réclamant de l’hyperréalisme où la figuration des lieux et des personnages ont une importance majeure, la compagnie aime découper ses créations en triptyques. Ce fut déjà le cas avec Le Jardin, Le Salon et Le Sous Sol  ; et Moeder (Mère en néerlandais) ne déroge pas à la règle en suivant Vader (Père) et sera suivi par Kinderen (enfants)Continuer la lecture de MOEDER (MÈRE)

Partager :

FacebookTwitterTumblr


L’OMBRE DE LA BALEINE

Dans les profondeurs de l’âme

Après Rapport sur moi et La liste des mes envies, Mikael Chirinian présente à la Villette son troisième seul en scène, L’ombre de la baleine. Aux prémices de ce spectacle, il y a une découverte… L’acteur pensait s’attaquer au départ à l’un des mastodontes de la littérature américaine, Moby Dick d’Hermann Melville, ce qui constituait déjà un défi pour lui. Seulement voilà et c’est tout le sel de la création artistique, en plongeant dans les aventures du capitaine Achab, une sorte d’identification s’est opérée…  Et si ce capitaine luttant contre les vagues, face à sa destinée, tentant de garder la tête hors de l’eau n’était pas une métaphore de sa propre existence ? Et si ce bateau n’était pas le symbole d’une vie qui nous mène au plus profond des océans comme au plus profond de nous-mêmes ? Continuer la lecture de L’OMBRE DE LA BALEINE

Partager :

FacebookTwitterTumblr


LA VERSION BROWNING

Quand les masques tombent…

La Version Browning qui se joue au Théâtre de Poche-Montparnasse est une pièce étrange et mystérieuse tout comme l’est son titre qui ne laisse rien transparaître des enjeux qu’elle met en lumière.
Et pourtant, cette pièce de Terence Rattigan, l’un des auteurs les plus populaires du théâtre anglais des années 50, écrite en 1948 au sortir de la guerre, est un une pièce-témoin. Témoin du basculement de la société anglaise qui voit arriver au pouvoir le parti travailliste lui-même porté par l’appauvrissement des classes moyennes. Les classes privilégiés, se sentant menacées se retranchent alors dans ce qu’on appelle les « public schools » et c’est dans l’une d’entre elle, la plus fameuse, que l’auteur va placer son intrigue.  Continuer la lecture de LA VERSION BROWNING

Partager :

FacebookTwitterTumblr


LE MOCHE

« Miroir, Miroir… »

Lette est un ingénieur de grand talent. Lorsqu’il doit présenter l’invention qu’il vient de mettre au point lors d’un congrès, sa hiérarchie lui fait comprendre que ça ne sera pas possible. La raison ? Il est moche. Son visage n’est pas assez « vendeur ». Ce sera son assistant, dont le visage est plus attractif, qui fera la présentation. Qu’à cela ne tienne ! Lette, humilié, décide de ne pas s’avouer vaincu : il va voir un chirurgien plastique et lui demande de lui refaire le visage. Le résultat est spectaculaire.

Continuer la lecture de LE MOCHE

Partager :

FacebookTwitterTumblr


THE ELEPHANT IN THE ROOM

Cirque, comédie et boutons de manchettes...

Dans la famille du cirque,  je demande le Cirque Le Roux, une troupe créée en janvier 2014 par quatre artistes circassiens doués ayant fait leurs armes dans différentes compagnies à travers le monde. Philip, Yannick et Grégory, les garçons, sont issus de l’Ecole Nationale du Cirque de Montréal et la fille, Lolita, vient de l’Ecole Supérieure des Arts de Bruxelles. Et voilà qu’en deux ans leur premier spectacle The Elephant in the room devient un phénomène et triomphe sur le scènes internationales.  Continuer la lecture de THE ELEPHANT IN THE ROOM

Partager :

FacebookTwitterTumblr


CHUNKY CHARCOAL

11h14…

Dans la salle du petit théâtre de la Colline se donne actuellement un spectacle des plus atypiques et des plus surprenants. Cela n’étonne pas vraiment si on a assisté à la présentation de saison où le conteur de cette performance, Sébastien Barrier, parle de son projet avec une telle verve audacieuse, un humour si espiègle et ravageur qu’on se dit que la chose risque de sortir de l’ordinaire ! Continuer la lecture de CHUNKY CHARCOAL

Partager :

FacebookTwitterTumblr


GULLIVER

« La vision est l’art de voir le choses invisibles » (Jonathan Swift)

Gulliver, présenté dans le petit théâtre de la Colline est inspiré du fameux roman de Jonathan Swift où un homme se retrouve sur l’île des Liliputiens, êtres infiniment petits, qui voient cet arrivant comme une montagne géante, le capturent puis l’apprivoisent… C’est cette histoire fantastique qui sert de fond à un spectacle jeune public hors du commun de Karim Bel Kacem… Continuer la lecture de GULLIVER

Partager :

FacebookTwitterTumblr


AU COEUR DU SPECTACLE VIVANT