LA LIBERTÉ OU LA MORT

Liberté chérie…

Lorsqu’on évoque le théâtre et la Grèce, il nous vient presque immédiatement à l’esprit l’antiquité et sa civilisation prospère ; lorsqu’on pense à la Grèce politiquement, le spectre de la crise de 2008 refait surface. Mais qui connait véritablement cet épisode fondateur : celui de la guerre d’indépendance qui a vu les Grecs sortir péniblement de plus de quatre siècles de domination ottomane ? C’est en contant de manière fictionnelle les prémisses de cette histoire  oubliée, parfois occultée, que la compagnie Theatrum Mundi et sa metteure en scène Anissa Daaou, tente de réveiller les consciences sur la notion de liberté et d’engagement, sur notre capacité  à prendre la parole ou les armes pour défendre une terre… Continuer la lecture de LA LIBERTÉ OU LA MORT

Partager :

FacebookTwitterTumblr


BÉRÉNICE / FRAGMENTS

La passion décorsetée

Après voir mis en lumière Voltaire et son esprit de tolérance dans Je suis Voltaire…, la Chimène compagnie et sa metteure en scène emblématique, Laurence Février, s’attaquent à un immense classique du répertoire français, Bérénice de Jean Racine. Un rêve, un désir que caresse Laurence Février depuis un moment…

Mais alors comment représenter aujourd’hui cette histoire de passion dévorante ? Comment montrer autrement que le roi de Commagène, Antiochus, aime Bérénice, reine de Palestine, qui aime TItus, l’empereur de Rome qui finira par la répudier pour raison d’Etat malgré la passion qui les unit ? Comment sortir du « déjà vu », éviter les pièges de la tragédie trop conformiste et faire apparaître aux yeux du spectateur le génie de Racine qui reste, sans aucun doute, l’auteur qui déshabille l’âme humaine mieux que n’importe quel autre ? Continuer la lecture de BÉRÉNICE / FRAGMENTS

Partager :

FacebookTwitterTumblr


LABOURER

Les 22 novembre dernier avait lieu à l’Atelier de Paris (CDNC) la première représentation de la pièce chorégraphique Labourer de Madeleine Fournier avec la collaboration musicale de Clément Vercelletto. Interprète de plusieurs chorégraphes et artistes visuels (dont Odile Duboc, Emmanuelle Huynh, Fanny de Chaillé, Loïc Touzé pour n’en citer que quelques-uns…) Madeleine Fournier signe avec Labourer sa première pièce seule et en solo.  Continuer la lecture de LABOURER

Partager :

FacebookTwitterTumblr


LE JEU DE L’AMOUR ET DU HASARD

Jusqu’au 21 octobre se joue au Théâtre de l’Aquarium à Paris, Le jeu de l’amour et du hasard de Marivaux, mis en scène par Benoit Lambert. Une pièce à laquelle le metteur en scène, tout en respectant les codes du théâtre classique, fait transparaitre une modernité revigorante et à laquelle, le choix de confier la partition à de jeunes comédiens, n’est pas étranger.
Continuer la lecture de LE JEU DE L’AMOUR ET DU HASARD

Partager :

FacebookTwitterTumblr


LES EMBOÎTÉS

Ça déboîte !  

Le 6 octobre prochain, à la Basilique de Saint Denis (93) se tiendra, et pour une seule journée, un événement exceptionnel: une installation théâtrale, ou si l’on préfère une exposition parlante: « Les Emboîtés ».
Continuer la lecture de LES EMBOÎTÉS

Partager :

FacebookTwitterTumblr


LA CICATRICE

Jeff a treize ans et un bec de lièvre. Pas facile, avec ce « handicap », de se faire accepter par ses camarades de classe. Surtout quand on est le petit nouveau. Jeff devient donc la tête de turc de sa classe jusqu’à ce qu’il se lie d’amitié avec un autre élève, nouvellement arrivé comme lui, plus grand et plus fort que tous les autres.

Continuer la lecture de LA CICATRICE

Partager :

FacebookTwitterTumblr


AVIGNON 2018 / HEDDA

C’est l’histoire d’une femme ordinaire, un peu timide, dont les mots ont du mal à sortir de sa bouche, restent au bord de ses lèvres. C’est l’histoire d’une femme qui tombe amoureuse, comme toutes les femmes, et voit en lui son prince charmant. Comme beaucoup de femmes. Et puis, un jour, tout bascule. Le prince charmant se transforme en boxeur. Première gifle, première réconciliation. Passionnée, éperdue, ultime. On prend un nouveau départ. Ca ne se reproduira plus.
Continuer la lecture de AVIGNON 2018 / HEDDA

Partager :

FacebookTwitterTumblr


AVIGNON 2018 / KOLHAAS

Un homme décide de faire justice lui-même ne trouvant aucune réponse judiciaire au préjudice dont il est victime. Il ne mesure pas alors dans quel engrenage il vient de mettre le doigt. Confondant la justice avec la vengeance, croyant rétablir l’ordre du monde, Kolhaas verra sa fin tragique sans que réparation ne soit faite. Un conte terrible sur l’ordre du monde, la quête du bonheur, servi par une comédienne-conteuse absolument époustouflante. A ne pas rater.

Continuer la lecture de AVIGNON 2018 / KOLHAAS

Partager :

FacebookTwitterTumblr


AVIGNON 2018 / POIL À GRATTER

Le monde désenchanté de Chantale…

Autant le déclarer d’emblée : Poil à gratter est l’un des seuls en scène à absolument aller voir à Avignon cet été. Déjà parce que le point de départ de ce spectacle est assez incroyable et très singulier. Adeline Piketty, l’auteure et l’interprète a commencé son écriture après avoir observé une SDF, comme on dit poliment aujourd’hui, une femme à l’allure particulière de la rue de la Roquette à Bastille ; cette femme lui faisait peur, la fascinait, la troublait au point de se demander ce qui pouvait bien traverser son esprit, quel rapport elle pouvait bien avoir avec ce monde extérieur qu’elle voit d’une autre manière que nous autres, les mieux lotis. Qu’à cela ne tienne, Adeline Piketty lui invente un univers, une parole, une présence peut-être pour exorciser cette peur et cette fascination… Poussée par sa metteure en scène, la dramaturge Laurence Campet, elle se lance dans l’incarnation de ce personnage, Chantale, et après lui avoir donné ses premiers traits au sein d’un atelier de la compagnie RL (René Loyon), elle décide de définitivement la faire naître et de l’amener de La Bastille à la Cité des Papes. Continuer la lecture de AVIGNON 2018 / POIL À GRATTER

Partager :

FacebookTwitterTumblr


MONSTRES / ON NE DANSE PAS POUR RIEN

Monstres est la dernière création du chorégraphe et danseur congolais DeLavallet Bidiefono. Depuis 2005 et après avoir fait ses armes au centre culturel français de Brazzaville, ses spectacles aux danses musclées, vivantes et envoûtantes enchantent les scènes contemporaines à travers la France et le monde. Il collabore avec David Lescot, David Bobée ou encore Dieudonné Niangouna. En 2015, il crée le premier lieu indépendant dédié à la danse du Congo.

La Villette l’accueille pour deux jours et présente ce nouvel opus qui a déjà fait ses preuve à Nantes ou à Saint-Nazaire, un spectacle aux multiples facettes avec des artistes aux cultures différentes : danseurs, musiciens, chanteur, comédienne puisent dans leur art avec l’idée de construire quelque chose, un lieu de tous les possibles. Et cette construction se fait peut-être sous nos yeux comme un « monstre artistique » emprunt de poésie, de liberté, de sonorités rock qui ne demande qu’à vivre et à se nourrir d’espoir…

b-monstres_1cchristophe-pean_0                                          Crédit Photo : Christophe Péan

Mais si les monstres selon Bidiefono peuvent être les artistes, monstres positifs qui tentent d’avancer, de créer, de recréer du lien, il y a aussi les monstres négatifs, les dirigeants de certains pays, dictateurs adeptes de la déconstruction plutôt et de l’anti-culture. Le chorégraphe et ses artistes dépeignent ainsi la volonté de rester debout, de chercher et de trouver des lieux de création quand les pouvoirs défaillent, de se substituer à eux si nécessaire, de les combattre  pour que la culture survive coûte que coûte. Il est donc certain qu’avec Monstres à La Villette qu’on nous promet joyeux, festif et  punk, les artistes ne danseront pas pour rien…

Monstres / On ne danse pas pour rien
Chorégraphie : Bidiefono DeLaVallet

Compagnie Baninga
Avec : DeLaVallet Bidiefono, Destin Bidiefono, Fiston Bidiefono, Rebecca Chaillon, Ella Ganga, Marie-Bède Koubemba, Cognès Mayoukou, Aïper Moundou, Lousinhia Simon / Musiciens : Armel Malonga, Francis Lassus, Raphaël Otchakowski / Dramaturgie : Aurelia Ivan / Collaboratrice artistique : Carine Piazzi / Création lumière : Stéphane ‘Babi’ Aubert / Création son : Jean-Noël François
VendredI 22 et Samedi 23 juin 2018 à 20h30 

La Villette
Grande Halle

211 avenue Jean-Jaurès  Paris 19ème
Métro : Porte de Pantin (ligne 5 ou 3b)
Réservations : 01 40 03 75 75 / www.lavillette.com
Crédit Photo principale : Nicolas Guyot

Partager :

FacebookTwitterTumblr


AU COEUR DU SPECTACLE VIVANT