Archives pour l'étiquette ACTUALITE THEATRE

TROPIQUE DE LA VIOLENCE

C’est l’histoire de Moïse, un petit enfant comorien, qui, avec sa mère, traverse l’océan dans une embarcation de fortune, pour venir chercher une vie meilleure à Mayotte. Mais Moïse a un œil marron et un œil vert, celui du Djinn. Moïse porte la marque du mauvais œil. Il faut le protégé. Alors, sitôt débarqué sa mère le confie à Marie, une jeune infirmière qui accepte de l’élever, elle qui ne peut avoir d’enfant. Lorsque Moïse a quinze ans, Marie meurt subitement d’une rupture d’anévrisme, laissant l’ adolescent livré à lui-même, sans ressources. Mayotte, s’il est un territoire français, est un des plus pauvres et des plus insécurisé qui soit. On y trouve Gaza, un bidonville où errent à ce jour trois milles mineurs isolés. C’est là que Moïse trouve refuge et qu’il rencontre Bruce, un sale type qui se proclame le roi de Gaza et y fait régner sa loi…

Continuer la lecture de TROPIQUE DE LA VIOLENCE

ÉLECTRE DES BAS-FONDS

Si vous n’avez jamais entendu parler d’Électre des bas-fonds de Simon Abkarian c’est que ne vous n’avez pas suivi la cérémonie des Molières de 2020, une cérémonie au goût étrange de la période ultra covidée où seuls les nommés étaient dans la salle ; ce soir-là ce spectacle a reçu le Molière du Théâtre public. Si vous n’avez jamais entendu parler de Simon Abkarian c’est que vous n’avez toujours pas suivi cette même cérémonie puisqu’il reçut aussi les Molières de l’auteur francophone vivant et celui de la mise en scène d’un spectacle de Théâtre public. Ou que vous ne l’avez jamais vu dans les nombreux films et séries où il excelle depuis des décennies après avoir été un enfant du Soleil chez Ariane Mnouchkine où il revient redonner cette salve de représentations. Il y joua les Atrides dans les années 90 ; il semblait tout naturel qu’il revint comme un écho prendre place dans ce théâtre mythique… Continuer la lecture de ÉLECTRE DES BAS-FONDS

LA FEMME QUI MARCHE

« J’ai pas choisi de naître ici mais d’être ici »

Un fil est tendu entre deux sommets de pyramides. Une femme est à un bout et va tenter de rejoindre l’autre extrémité : c’est la femme qui marche. Et entre ses deux points, elle va se questionner, questionner l’existence, prendre le fil de la vie pour tenter d’aller jusqu’au bout de ses rêves… Alexandra Seringe, comédienne, metteure en scène et auteure est seule sur le plateau du Théâtre Pixel avec son texte, son histoire, son for intérieur qu’elle va nous délivrer pas à pas durant une petite heure… Continuer la lecture de LA FEMME QUI MARCHE

CARNET D’UN RETOUR AU PAYS NATAL

Au bout du matin…

Cahier d’un retour au pays natal est tout simplement l’un des plus grands chefs-d’oeuvre de l’écrivain et poète Aimé Césaire. Il fait paraître la première version en 1939 à l’âge de 26 ans sur son île natale, la Martinique. 4 ans auparavant, il devient aux côtés de ses amis Léopold Sédar Senghor ou encore Léon-Gontran Damas, l’un des « inventeurs » de la Négritude. Il continuera à nourrir ce magnifique poème durant presque une décennie, dans un contexte où les empires coloniaux comme la France domine le monde et où la notion d’inégalité des races va produire entre autres les puanteurs du IIIème Reich et montrer le visage d’une Amérique raciste et ségrégationniste à l’encontre de la communauté noire… Cahier d’un retour au pays natal devient alors une arme pacifique et nécessaire pour tenter de redonner de la dignité aux peuples noirs, prendre la défense des laissés pour compte, des bannis de la société, des mis aux bancs de l’existence ; leur donner l’espoir de se tenir debout et de marcher la tête haute vers un destin plus clément. Au delà de l’homme noir, c’est de l’humain dont il est question, Aimé Césaire part de ce qu’il connait le mieux, de ses racines, de son histoire pour tendre vers un humanisme universel. Son poème est d’une langue si belle, si poignante, si profonde qu’il faut une incarnation à la hauteur pour nous le faire vivre sur un plateau… Continuer la lecture de CARNET D’UN RETOUR AU PAYS NATAL

ROMAN(S) NATIONAL

Les morts ne sont pas morts…
Nous sommes en France à la veille (dix jours avant) de l’élection présidentielle mais dans une France qui n’existe pas encore, une France qui a subi les ravages d’une Grande Catastrophe (qu’on imagine climatique). Paul Chazelle, le candidat du parti conservateur libéral Horizon, a établi son QG dans les locaux du Musée de l’Homme. Moïra Chevalier, jeune réalisatrice à qui on a confié la mission de filmer les coulisses de la campagne, nous relate comment la situation dans ce QG va peu à peu virer au cauchemar.
Continuer la lecture de ROMAN(S) NATIONAL

2H32

2h32, c’est le temps qu’il faut à Zenash Gezmu pour courir 42,195 kilomètres. Zenash est marathonienne. Elle est arrivée d’Ethiopie et son rêve est de faire le marathon de Paris. Zenash court tout le temps : avant et après son boulot ; un boulot dur, éreintant qui témoigne de sa précarité : un boulot de femme de ménage. Mais rien n’arrête Zenash. Son objectif est clair : descendre en dessous des 2h32 minutes. Alors elle court, court, court…jusqu’à croiser sur son chemin un homme, un éthiopien comme elle, qui s’improvise et s’impose manager de carrière. Un soir, après maints refus, Zenash baisse la garde et le laisse entrer chez elle. Elle mourra sous ses coups.

Continuer la lecture de 2H32

DARIUS

L’élégance de la fragrance 

Darius a 19 ans. Il est immobilisé. Lui, qui avait l’habitude de parcourir le monde, de partir loin, ailleurs, se retrouve seul avec sa mère. Comment alors lui redonner le goût des voyages, des lieux qu’il ne peut plus visiter, comment lui redonner simplement le goût de la vie ? Claire, sa mère, a une idée de génie : contacter l’un des plus grands créateurs de parfum pour faire revivre des odeurs qui ont marqué l’existence du jeune homme. Voilà le point de départ très original de la pièce Darius éditée en 2016 et écrite par Jean-Benoît Patricot et qui par l’intermédiaire de la correspondance, va se faire dialoguer sans jamais réellement se rencontrer, deux résiliences : celle de ce parfumeur Paul qui vient de perdre sa femme et celle de Claire qui craint de perdre son fils…  Dans cette version à l’Essaîon, le metteur en scène André Nerman choisit de placer côte à côte les protagonistes face public, chacun avec son bureau, sa table, son univers et nous fait passer de l’un à l’autre par le truchement des lumières. Continuer la lecture de DARIUS

ET MOI ET LE SILENCE

Nous et ce silence…

Depuis Soudain l’été dernier de Tennessee Williams, créé en 2009, la compagnie RL (René Loyon) n’avait pas monté d’auteur américain. Ou plutôt si, un peu en quelque sorte, par l’intermédiaire du festival Traduire/Transmettre proposé depuis plusieurs années au Théâtre de l’Atalante et avec lequel la compagnie RL est activement associée. Le but de cet événement : mettre à l’honneur la traduction et les traducteurs d’oeuvres théâtrales classiques méconnues ou contemporaines et s’interroger sur les problématiques de la traduction théâtrale. En 2016, ce sont les Etats-Unis qui étaient en exergue et parmi les textes choisis, celui de Naomi Wallace, Et moi et le silence, mis en lecture grâce à la brillante traduction de Dominique Hollier. Six ans se sont écoulés, durant lesquels le metteur en scène René Loyon et sa compagnie ont gardé en tête l’idée d’en faire un jour un spectacle. Les aléas dus au Covid ont repoussé la date initiale de création mais c’est désormais chose faite, la pièce a enfin pu être créée en ce début de mois au Théâtre de l’Épée de Bois. Continuer la lecture de ET MOI ET LE SILENCE