Archives pour la catégorie Théâtre

LES NOCES DE BETÌA

La renaissance de Ruzante…

Comment ça ? Vous ne connaissez pas Angelo Beolco dit Ruzante, écrivain, dramaturge et acteur italien du XVIe siècle et bien voilà une occasion parfaite de le découvrir. La compagnie RL et son metteur en scène René Loyon s’attaquent à cet auteur souvent méconnu et peu monté du répertoire classique italien. D’ailleurs la compagnie, avec Les noces de Betìa, signe une première création en France. Pour se faire une petite idée, voilà ce que Dario Fo disait de lui : « Un extraordinaire homme de théâtre de ma terre, peu connu… même en Italie. Mais qui est sans aucun doute le plus grand auteur de théâtre que l’Europe ait connu pendant la Renaissance avant l’arrivée de Shakespeare ». 
Continuer la lecture de LES NOCES DE BETÌA

JAZ

Alexandre Zeff met en scène le beau texte de Koffi Kwahulé à la Chapelle du Verbe Incarné. Celui-ci parle d’un sujet délicat : le viol, mais surtout d’un parcours de résilience, celui de la femme –Jaz- victime de ce crime. Pour incarner ce personnage, le metteur en scène a choisi une comédienne lumineuse avec une palette de jeu considérable et un talent certain pour le chant : Ludmilla Dabo.

Continuer la lecture de JAZ

A 90 DEGRÉS

C’est le soliloque d’une femme, celui d’une chute lente, que Frédérique Keddari-Devisme a écrit et mis en scène aux Théâtre des Halles à Avignon. Une femme (formidable Elisabeth Mazev), en proie l’alcoolisme, raconte son mal de vivre, son inadaptation au monde. Un spectacle à voir pour la performance de l’actrice, un sujet peu abordé au théâtre notamment du point de vue féminin et la découverte d’une auteure.

Continuer la lecture de A 90 DEGRÉS

DEFAITE DES MAITRES ET POSSESSEURS

En adaptant le roman de Vincent Message – Prix Orange du Livre 2016- Nicolas Kerszenbaum livre un spectacle puissant sur notre condition d’être au monde. Cette fable futuriste qui, au premier abord, raconte une histoire d’amour poignante trace les lignes d’un plaidoyer pour l’humanité et le vivre ensemble. Servi par deux comédiens époustouflants d’intensité retenue, Défaite des Maîtres et possesseurs est un des plus beaux spectacles de ce festival 2017.

Continuer la lecture de DEFAITE DES MAITRES ET POSSESSEURS

DEPUIS L’AUBE (ODE AU CLITORIS)

S’il y a eu Les monologues du vagin de Eve Ensler, on comptera désormais Depuis l’aube (Ode au clitoris), un spectacle d’environ une heure qui décrit, décrypte -souvent avec humour, parfois avec gravité- cet endroit de l’anatomie féminine très méconnu, sujet à fantasmes et trop souvent maltraité : le clitoris.

Continuer la lecture de DEPUIS L’AUBE (ODE AU CLITORIS)

UN ETE A LA LOGE

C’est l’été au Théâtre de la Loge ! Et pour ouvrir le bal, deux événements cette semaine. Le premier fut le concert d’Annika and the Forest, que nous avions interviewée en avril dernier à l’occasion de la sortie de son nouvel album She. Le second intitulé « Rien en s’oppose à la nuit » ouvrait le festival Summer of Loge. Cette soirée, organisée par Mélissa Phulpin et Candy Nguyen, est un rendez-vous qui a lieu tous les deux mois au Théâtre de la Loge à Paris. L’idée est de proposer au public une rencontre mêlant musique, création artistique et gastronomie.
Ces deux temps ont mis en lumière des artistes féminines et ont montré combien la scène musicale indépendante est créative et talentueuse.

Continuer la lecture de UN ETE A LA LOGE

À QUAND LA MER ?

Le syndrome Nana Mouskouri

Il est parfois d’agréables découvertes au théâtre surtout lorsqu’elle est double ; celle de découvrir à la fois un texte, une écriture et une jeune troupe, La Compagnie Pour Le Dire créée en février 2016 par l’auteur et le metteur en scène de la pièce, Manuel Durand. À quand la mer ? est un texte qui nous immerge dans une famille presque typique de la fin des années 70 et qui mêle avec finesse la poésie et le quotidien, la réalité et la fiction, le passé et le présent. Continuer la lecture de À QUAND LA MER ?

MON CŒUR

Courage, luttons !

Inspiré de l’affaire du médiator, ce coupe-faim qui, en fait, était un antidiabétique et qui fut prescrit à des milliers de personnes -en majorité des femmes- afin de perdre du poids, Mon Cœur relate l’histoire de Claire Tabard, dont la vie bascula en avalant ces pilules. Au travers de témoignages recueillis auprès de victimes, Pauline Bureau dessine une histoire sordide et scandaleuse et révèle, le cynisme d’une société haineuse des êtres, prête à sacrifier ses enfants sur l’autel d’un capitalisme galopant.

Claire Tabard est une personne ordinaire, une jeune maman qui ne parvient pas à perdre le poids qu’elle a pris pendant sa grossesse. Elle est seule à élever son enfant. Entre les biberons, les couches, le travail, la nounou, impossible d’aller à la salle de gym. L’été approche. Son médecin lui prescrit alors un coupe-faim pour l’aider à éliminer. Claire tabard avale les gélules. Commence une descente aux enfers : souffle au cœur, impossibilité de marcher, de danser. De vivre. Elle finira sur une table d’opération pour une intervention à cœur ouvert. Il faut changer les valves de celui-ci, qui ont l’âge de son arrière grand-mère.
Entre–temps, le docteur Irène Frachon recoupe des témoignages, réunit des preuves pour rendre compte de la dangerosité du médiator. Elle écrira un livre, témoignera à la radio. Les deux femmes vont alors se rencontrer et lutter ensemble afin d’obtenir réparation auprès de la firme fabricante du médicament.

Un propos qui va bien au-delà du fait divers.

Pour qui aura vu Dormir cent ans, le précédent spectacle de Pauline Bureau, Mon cœur pourra paraître plus convenu. Cependant, la metteure en scène a avant tout écrit un spectacle, plus qu’un texte. Celui-ci est étroitement, voire intimement lié à la mise en scène. On sent bien que l’un ne va pas sans l’autre. Les scènes se succèdent ; les images créées penchent vers l’univers cinématographique et amènent un rythme qui emporte le spectateur dans l’histoire. L’ensemble est très efficace, servis par des comédiens charismatiques et lumineux avec, en premier lieu, Marie Nicolle dans le rôle de Claire Tabard, cette jeune femme en lutte pour survivre et faire valoir ses droits et Catherine Vinatier, dans le rôle d’Irène Frachon, le médecin, dévouée à ses malades que rien n’arrêtera. La force du spectacle tient essentiellement à leur interprétation et à la dénonciation d’un système, d’une société où les femmes doivent se plier à des normes pour exister. « Dire que j’ai avalé ces pilules parce que je voulais être jolie » nous dit l’héroïne. L’absurdité de la situation tient en une phrase.
En racontant le destin tragique d’une femme qui voulait seulement redevenir jolie, entendez : acceptable, et répondre aux normes d’une société afin d’y trouver sa place, Pauline Bureau élargit le propos en traçant de façon subtile le sort infligé aux femmes: celui d’une condition choisie à leur place et qui les oblige à la conformité; les ligote. La lutte contre l’entreprise pharmaceutique n’est plus alors seulement une réponse à l’injustice mais le symbole d’une émancipation, d’une dignité retrouvée. Dignité que la honte efface, pour avoir céder à la futilité du beau-paraître que la société exige et condamne à la fois. Le droit à l’égalité et à la reconnaissance pour les femmes devra-t-il toujours être payé au prix fort ? A voir et à méditer.

Mon cœur
Autour de l’affaire du Médiator

Texte et mise en scène de Pauline Bureau

Avec Yann Burlot, Nicolas Chupin, Rebecca Finet, Sonia Floire, Camille Garcia, Marie Nicolle, Anthony Roullier, Catherine Vinatier.

21 avril 2017 : Théâtre de Châtillon
/ http://www.theatreachatillon.com/saison1617-mon-coeur.php

25 avril 2017 : La Garance Scène Nationale de Cavaillon
/http://www.lagarance.com/La-Part-des-anges-Pauline-Bureau-auteur7881-artiste-compagnonne

28 avril 2017 : Théâtre André Malraux de Chevilly la rue
/ http://www.theatrechevillylarue.fr/spectacles/avril/mon-coeur

12 mai 2017 : Théâtre Roger Barat d’Herblay

16 et 17 mai 2017 : Le Quartz Scène Nationale de Brest
/ http://www.lequartz.com/Mon-coeur.html

4ème FESTIVAL DE L’ASTRE

Créé en 2014 par William Astre et sa compagnie, le Festival de l’Astre a su s’imposer comme un événement incontournable de la scène contemporaine. Pendant trois jours,  à la Halle Pajol (non loin du Centquatre), qui dispose d’une magnifique salle de théâtre, des auteurs bien vivants viennent s’emparer d’un sujet sensible et d’actualité. Continuer la lecture de 4ème FESTIVAL DE L’ASTRE

LE MESSIE DU PEUPLE CHAUVE

Chauve must go on !

Après avoir remporté le Prix Jeunes Metteurs en Scène du Théâtre 13,  il y a 3 ans, avec Ni Dieu ni Diable, Julie Duquenoÿ continue son aventure théâtrale avec une nouvelle création déjà donnée l’été dernier à Avignon, Le messie du peuple chauve. Là encore, elle collabore avec Augustin Billetdoux, auteur du texte éponyme édité chez Gallimard. Continuer la lecture de LE MESSIE DU PEUPLE CHAUVE