Archives pour l'étiquette actualités

LABOURER

Les 22 novembre dernier avait lieu à l’Atelier de Paris (CDNC) la première représentation de la pièce chorégraphique Labourer de Madeleine Fournier avec la collaboration musicale de Clément Vercelletto. Interprète de plusieurs chorégraphes et artistes visuels (dont Odile Duboc, Emmanuelle Huynh, Fanny de Chaillé, Loïc Touzé pour n’en citer que quelques-uns…) Madeleine Fournier signe avec Labourer sa première pièce seule et en solo.  Continuer la lecture de LABOURER

LE JEU DE L’AMOUR ET DU HASARD

Jusqu’au 21 octobre se joue au Théâtre de l’Aquarium à Paris, Le jeu de l’amour et du hasard de Marivaux, mis en scène par Benoit Lambert. Une pièce à laquelle le metteur en scène, tout en respectant les codes du théâtre classique, fait transparaitre une modernité revigorante et à laquelle, le choix de confier la partition à de jeunes comédiens, n’est pas étranger.
Continuer la lecture de LE JEU DE L’AMOUR ET DU HASARD

LA CICATRICE

Jeff a treize ans et un bec de lièvre. Pas facile, avec ce « handicap », de se faire accepter par ses camarades de classe. Surtout quand on est le petit nouveau. Jeff devient donc la tête de turc de sa classe jusqu’à ce qu’il se lie d’amitié avec un autre élève, nouvellement arrivé comme lui, plus grand et plus fort que tous les autres.

Continuer la lecture de LA CICATRICE

AVIGNON 2018 / HEDDA

C’est l’histoire d’une femme ordinaire, un peu timide, dont les mots ont du mal à sortir de sa bouche, restent au bord de ses lèvres. C’est l’histoire d’une femme qui tombe amoureuse, comme toutes les femmes, et voit en lui son prince charmant. Comme beaucoup de femmes. Et puis, un jour, tout bascule. Le prince charmant se transforme en boxeur. Première gifle, première réconciliation. Passionnée, éperdue, ultime. On prend un nouveau départ. Ca ne se reproduira plus.
Continuer la lecture de AVIGNON 2018 / HEDDA

AVIGNON 2018 / KOLHAAS

Un homme décide de faire justice lui-même ne trouvant aucune réponse judiciaire au préjudice dont il est victime. Il ne mesure pas alors dans quel engrenage il vient de mettre le doigt. Confondant la justice avec la vengeance, croyant rétablir l’ordre du monde, Kolhaas verra sa fin tragique sans que réparation ne soit faite. Un conte terrible sur l’ordre du monde, la quête du bonheur, servi par une comédienne-conteuse absolument époustouflante. A ne pas rater.

Continuer la lecture de AVIGNON 2018 / KOLHAAS

MONSTRES / ON NE DANSE PAS POUR RIEN

Monstres est la dernière création du chorégraphe et danseur congolais DeLavallet Bidiefono. Depuis 2005 et après avoir fait ses armes au centre culturel français de Brazzaville, ses spectacles aux danses musclées, vivantes et envoûtantes enchantent les scènes contemporaines à travers la France et le monde. Il collabore avec David Lescot, David Bobée ou encore Dieudonné Niangouna. En 2015, il crée le premier lieu indépendant dédié à la danse du Congo.

La Villette l’accueille pour deux jours et présente ce nouvel opus qui a déjà fait ses preuve à Nantes ou à Saint-Nazaire, un spectacle aux multiples facettes avec des artistes aux cultures différentes : danseurs, musiciens, chanteur, comédienne puisent dans leur art avec l’idée de construire quelque chose, un lieu de tous les possibles. Et cette construction se fait peut-être sous nos yeux comme un « monstre artistique » emprunt de poésie, de liberté, de sonorités rock qui ne demande qu’à vivre et à se nourrir d’espoir…

b-monstres_1cchristophe-pean_0                                          Crédit Photo : Christophe Péan

Mais si les monstres selon Bidiefono peuvent être les artistes, monstres positifs qui tentent d’avancer, de créer, de recréer du lien, il y a aussi les monstres négatifs, les dirigeants de certains pays, dictateurs adeptes de la déconstruction plutôt et de l’anti-culture. Le chorégraphe et ses artistes dépeignent ainsi la volonté de rester debout, de chercher et de trouver des lieux de création quand les pouvoirs défaillent, de se substituer à eux si nécessaire, de les combattre  pour que la culture survive coûte que coûte. Il est donc certain qu’avec Monstres à La Villette qu’on nous promet joyeux, festif et  punk, les artistes ne danseront pas pour rien…

Monstres / On ne danse pas pour rien
Chorégraphie : Bidiefono DeLaVallet

Compagnie Baninga
Avec : DeLaVallet Bidiefono, Destin Bidiefono, Fiston Bidiefono, Rebecca Chaillon, Ella Ganga, Marie-Bède Koubemba, Cognès Mayoukou, Aïper Moundou, Lousinhia Simon / Musiciens : Armel Malonga, Francis Lassus, Raphaël Otchakowski / Dramaturgie : Aurelia Ivan / Collaboratrice artistique : Carine Piazzi / Création lumière : Stéphane ‘Babi’ Aubert / Création son : Jean-Noël François
VendredI 22 et Samedi 23 juin 2018 à 20h30 

La Villette
Grande Halle

211 avenue Jean-Jaurès  Paris 19ème
Métro : Porte de Pantin (ligne 5 ou 3b)
Réservations : 01 40 03 75 75 / www.lavillette.com
Crédit Photo principale : Nicolas Guyot

LA FABRIQUE DES MONSTRES

Mary Shelley et ses fantômes…

La Fabrique des Monstres
ou Démesure pour mesure est la nouvelle création du metteur en scène Jean-François Peyret directement inspirée de l’illustre roman de Mary Shelley, Frankenstein ou le Prométhée moderne. Il poursuit ainsi ce qui fait la singularité de son travail c’est à dire aller puiser dans les textes littéraires, philosophiques ou scientifiques pour proposer et imaginer un « théâtre scientifique » dans la lignée de Brecht. Et quelle matière pour le faire ici : un mythe du roman d’épouvante, une figure incontournable parmi les créatures fantastiques, revisitée par le cinéma et bien souvent imitée ou déclinée ; la créature créée par Victor Frankenstein… Car oui le monstre n’a pas de nom contrairement à cette déformation que le temps ou l’ignorance ont cultivé, Frankenstein étant bien le nom de son créateur de fiction. Mais sa véritable créatrice c’est Mary Shelley qui dans ce roman épistolaire, écrit à l’âge de 19 ans au bord du lac Léman, va combiner les récits en partant d’une correspondance d’un capitaine de bateau avec sa sœur qui rencontre le fameux Victor qui lui-même lui rapporte les aventures de sa créature. Cette fabrication du roman en couches successives avec ses multiples personnages, que le focus sur ce monstre légendaire a occulté, vont alors servir de matériaux parfaits à la fabrication d’une mise en scène elle aussi hors normes…
Continuer la lecture de LA FABRIQUE DES MONSTRES

LOUISE ROAM – Stargaze

Au mois de mai prochain sortira Stargaze, le troisième EP de Louise Roam, musicienne issue d’une formation classique en violon, qui s’est tournée vers la musique électronique et qui a déjà deux Ep à son actif: Raptus et Avaton, très remarqués à leur sortie. Nous l’avons rencontrée.

Continuer la lecture de LOUISE ROAM – Stargaze

STARGAZE

« Bright Star! »

En des temps très anciens, les hommes regardaient les ciels de nuits pour y voir les présages des saisons à venir. Le ciel annonçait la fin d’un cycle et le début d’un nouveau ou plutôt du renouveau : le printemps. Immobiles face aux constellations ou «sidae», on disait ces hommes sidérés. Pétrifiés face à la beauté. Cloués sur place. Comme face à l’amour. Le choc passé, venait le temps de le dé-sidération, du desiderum, c’est-à-dire : du mouvement, du désir. Le voyage pouvait commencer.
Pour son nouveau disque –Stargaze– Louise Roam nous emmène en voyage. Dans les étoiles. S’inspirant et prenant pour base dans ses compositions les bruits de l’univers, l’artiste inscrit ce 3ème EP (après Raptus et Avaton), dans la logique d’une écriture de la sidération, de l’extase et du mouvement. Les cinq nouveaux titres de cet opus tracent un chemin semblable à une ligne de vie où l’intime se déploie pour accéder à l’universalité et inversement.

Continuer la lecture de STARGAZE