Archives pour la catégorie Théâtre

A 90 DEGRÉS

C’est le soliloque d’une femme, celui d’une chute lente, que Frédérique Keddari-Devisme a écrit et mis en scène aux Théâtre des Halles à Avignon. Une femme (formidable Elisabeth Mazev), en proie l’alcoolisme, raconte son mal de vivre, son inadaptation au monde. Un spectacle à voir pour la performance de l’actrice, un sujet peu abordé au théâtre notamment du point de vue féminin et la découverte d’une auteure.

Continuer la lecture de A 90 DEGRÉS

DEFAITE DES MAITRES ET POSSESSEURS

En adaptant le roman de Vincent Message – Prix Orange du Livre 2016- Nicolas Kerszenbaum livre un spectacle puissant sur notre condition d’être au monde. Cette fable futuriste qui, au premier abord, raconte une histoire d’amour poignante trace les lignes d’un plaidoyer pour l’humanité et le vivre ensemble. Servi par deux comédiens époustouflants d’intensité retenue, Défaite des Maîtres et possesseurs est un des plus beaux spectacles de ce festival 2017.

Continuer la lecture de DEFAITE DES MAITRES ET POSSESSEURS

DEPUIS L’AUBE (ODE AU CLITORIS)

S’il y a eu Les monologues du vagin de Eve Ensler, on comptera désormais Depuis l’aube (Ode au clitoris), un spectacle d’environ une heure qui décrit, décrypte -souvent avec humour, parfois avec gravité- cet endroit de l’anatomie féminine très méconnu, sujet à fantasmes et trop souvent maltraité : le clitoris.

Continuer la lecture de DEPUIS L’AUBE (ODE AU CLITORIS)

UN ETE A LA LOGE

C’est l’été au Théâtre de la Loge ! Et pour ouvrir le bal, deux événements cette semaine. Le premier fut le concert d’Annika and the Forest, que nous avions interviewée en avril dernier à l’occasion de la sortie de son nouvel album She. Le second intitulé « Rien en s’oppose à la nuit » ouvrait le festival Summer of Loge. Cette soirée, organisée par Mélissa Phulpin et Candy Nguyen, est un rendez-vous qui a lieu tous les deux mois au Théâtre de la Loge à Paris. L’idée est de proposer au public une rencontre mêlant musique, création artistique et gastronomie.
Ces deux temps ont mis en lumière des artistes féminines et ont montré combien la scène musicale indépendante est créative et talentueuse.

Continuer la lecture de UN ETE A LA LOGE

À QUAND LA MER ?

Le syndrome Nana Mouskouri

Il est parfois d’agréables découvertes au théâtre surtout lorsqu’elle est double ; celle de découvrir à la fois un texte, une écriture et une jeune troupe, La Compagnie Pour Le Dire créée en février 2016 par l’auteur et le metteur en scène de la pièce, Manuel Durand. À quand la mer ? est un texte qui nous immerge dans une famille presque typique de la fin des années 70 et qui mêle avec finesse la poésie et le quotidien, la réalité et la fiction, le passé et le présent. Continuer la lecture de À QUAND LA MER ?

MON CŒUR

Courage, luttons !

Inspiré de l’affaire du médiator, ce coupe-faim qui, en fait, était un antidiabétique et qui fut prescrit à des milliers de personnes -en majorité des femmes- afin de perdre du poids, Mon Cœur relate l’histoire de Claire Tabard, dont la vie bascula en avalant ces pilules. Au travers de témoignages recueillis auprès de victimes, Pauline Bureau dessine une histoire sordide et scandaleuse et révèle, le cynisme d’une société haineuse des êtres, prête à sacrifier ses enfants sur l’autel d’un capitalisme galopant.

Continuer la lecture de MON CŒUR

4ème FESTIVAL DE L’ASTRE

Créé en 2014 par William Astre et sa compagnie, le Festival de l’Astre a su s’imposer comme un événement incontournable de la scène contemporaine. Pendant trois jours,  à la Halle Pajol (non loin du Centquatre), qui dispose d’une magnifique salle de théâtre, des auteurs bien vivants viennent s’emparer d’un sujet sensible et d’actualité. Continuer la lecture de 4ème FESTIVAL DE L’ASTRE

LE MESSIE DU PEUPLE CHAUVE

Chauve must go on !

Après avoir remporté le Prix Jeunes Metteurs en Scène du Théâtre 13,  il y a 3 ans, avec Ni Dieu ni Diable, Julie Duquenoÿ continue son aventure théâtrale avec une nouvelle création déjà donnée l’été dernier à Avignon, Le messie du peuple chauve. Là encore, elle collabore avec Augustin Billetdoux, auteur du texte éponyme édité chez Gallimard. Continuer la lecture de LE MESSIE DU PEUPLE CHAUVE

VERTIGES

À la croisée des mondes…

Voilà Vertiges, la nouvelle création de Nasser Djemaï, qui après le sublime Invisibles où il peignait la destinée des « chibanis », ces vieux maghrébins venus en France il y a des décennies, continue cette quête du déracinement en nous plongeant au cœur d’une famille quelque part dans une banlieue française. Dans cette famille « made in HLM », il y a le père, pivot central de l’histoire à cause de sa maladie que la mère et ses deux enfants tentent de gérer tant bien que mal… Continuer la lecture de VERTIGES

4.48 PSYCHOSIS. Rencontre avec HÉLÈNE VIVIES

On l’avait repérée dans Femme de Chambre la première mise en scène de Sarah Capony (Cf : http://www.le-coryphee.com/chambre-a-rome/) dans laquelle elle jouait le rôle d’une prostituée. Depuis, Hélène Viviès n’a pas chômé: enchaînant les rôles sous la direction de François Rancillac (La Place Royale de Corneille), de Pauline Sales (J’ai bien fait ?) ou de Christian Benedetti (La Cerisaie de Tchekhov), la comédienne issue de l’ENSATT impose son talent et sa sensibilité sur la scène théâtrale subventionnée.
En ce début d’année, on la retrouve dans un texte de Sarah Kane 4.48 Psychosis, que monte Christian Benedetti au Théâtre–Studio d’Alfortville. Quasi immobile tout au long du spectacle, dans une scénographie épurée presque aride, Hélène Vivies, avec une précision remarquable et une maestria peu commune, donne à entendre une voix sortie d’outre-tombe, celle de l’auteure anglaise, décédée à l’âge de vingt-huit ans et entrée à jamais dans le Panthéon du théâtre mondial. Désespéré parce que trop lucide, le regard que Sarah Kane porte sur le monde est avant tout le regard qu’elle porte sur elle-même : un monde violent et terrassé dans lequel la seule chose à chercher et à trouver, capable de nous rendre à notre humanité, est l’amour. Hélène Viviès, tout en subtilité, entre violence et douceur, humour et inflexibilité, parvient ici à nous faire sentir le paradoxe d’une parole morbide se révélant, au bout du compte, un long cri de vie, une demande inextinguible d’amour.
Rencontre avec une comédienne passionnée et passionnante.

Continuer la lecture de 4.48 PSYCHOSIS. Rencontre avec HÉLÈNE VIVIES